Un miracle de la nature: l'histoire d'une maman de 22 ans et de son bébé prématuré

Une grossesse désirée et formidable même si j’avais l’impression d’avoir avalé une pomme jusqu’à ce fameux 15 aout 1987.

*********

J’étais donc enceinte de 7 mois lorsque les douleurs ont commencé, fallait il encore savoir que ces douleurs étaient des contractions, en effet première grossesse et surtout j’étais encore très jeune,je n avais que 22 ans….
Nous étions en week end à la campagne et de retour direct gynéco pour vérifier que tout allait bien, et là verdict non les choses ne vont pas bien la crise d’appendice, c’est cet espèce de truc qui sert à rien mais qui décide de se manifester dans mon cas au moment ou j’attends mon premier enfant, un cas tout les 7 ans eh ben oui…
 
**********

Je m’était inscrite dans une jolie clinique, je trouvais que pour mettre au monde un bébé c’était quand même l’usine qu’un hopital sauf que les contractions se faisaient de plus en plus fortes en intensité et que le bébé risquait lui d’en patir.
Alors je me souviens avoir été embarquée suite à la perte des eaux directement en ambulance de la clinique ou il n’y avait pas de service de néonatalogie à l’intercommunal de Créteil  juste une horreur et ensuite plus grand-chose ne me reviens….
On m’a mise dans une salle avec le monitoring et franchement je ne sais pas combien de temps j’y suis restée avec des vas et vient incessant de défilé de médecin qui devait sans doute se concerter pour savoir quelle décision ils allaient prendre 
Je ne me suis jamais rendu compte de la gravité de mon état de santé sur le moment , je pense que c est surtout les autres qui s’en rendaient compte….
Je l’ai su après mais il n’était pas évident que je m en sorte ni mon enfant dailleurs l’appendice c était transformée en peritonite aigue.
On est venu me chercher et on m’a emmener au bloc opératoire je ne sais même plus si j ai posé des questions tellement mon épuisement était total
Je me souviens très bien par contre du réveil ou la seule chose qui me préoccuper était de savoir si c’était une fille ou un garçon et là grand bonheur j’avais toujours désiré une fille et c’en était une 
Je me souviens avoir dit « c’est une fille je suis contente » et me suis rendormie aussitôt avec l’effet de l’anesthésie, j avais bien sur eu une césarienne.

Ne pas avoir mis au monde mon enfant normalement restera toujours pour moi une grande déception j’aurai tellement voulu connaitre cela ….. 

**********

Ensuite on se remet doucement, on est dans une chambre d’hopital d’un sinistre pas possible eh oui l’intercommunal pour le moral c’est pas ce qu il y a de mieux, et là à 22 ans il manque le petit lit à côté juste à côté ou normalement on peut admirer ce qu on a porté en nous ce miracle de la nature, en effet j’ai toujours considéré ce petit être qui grandit en vous comme un miracle de la nature 
Et la non pas de petit lit pas de petit être et on ne sait pas grand-chose à part que cette petite chose extirpée de mes tripes et que nous avions décidé d’appeler Amandine est dans une couveuse, je ne savais même pas à quoi elle pouvait ressembler.

Alors là tout un tas de question, a-t-elle des cheveux, combien pèse t’elle et sa mesure est ce qu elle a tout est ce tout va bien ?...
 
Et puis quelques jours après on m’ emmène dans un fauteuil via les couloirs pour le service de néonatalogie et là je peux enfin la découvrir, juste la regarder ne pas la toucher mais elle est tellement parfaite même si elle a des perfusions partout des tuyaux connectés à des machines elle avait des petites oreilles parfaites des traits tout fins des toutes petites mains avec des petits ongles au bout , vous me direz c’est normal mais on ne sait tellement pas à quoi s’attendre que ce petit être à vos yeux est simplement parfait et en plus elle avait aussi des cheveux tout droit et tout noir c est la seule chose qui m’a étonné finalement….

C’était un petit être minuscule qui était sorti de mon être, un miracle de la nature.
 
Par contre, son état général n’était pas parfait et s’en est suivit des jours ou tout allait bien et le lendemain c’était le contraire, des hauts et des bas ou on se soutient moralement l’un et l’autre pour faire face
Alors on y va tous les jours, en journée en soirée après ce fameux feuilleton supercopter qui passait à l’époque à la télé , on discute avec les infirmières (Martine) qui au passage sont juste formidable et puis des perfusions qui n’en finissent plus des petites veines qui n’en peuvent plus tellement elles sont fragiles à 7 mois, alors vous aidez à tenir la tête de votre BB qui au passage n’a plus de cheveux parce qu'on lui a rasé la tête pour lui installer des perfusions et là vous vous dites ça va s’arrêter quand ?.... mais on garde le moral et on lui parle tous les jours et on la touche tous les jours c’est essentiel ce contact et pour nous et pour elle…..   
 
**********

Et puis 2 mois après vient ce fameux jours ou elle va enfin découvrir sa maison, tout est prêt depuis longtemps et là c’est un bonheur intense qu'on ne peut décrire et en même temps énormément de crainte mais on s’endurcit on ne doit pas paniquer si elle sort c’est qu’elle va bien alors tout va aller bien.
 
Une image qui restera gravée: ce jour ou nous sommes aller la chercher pour la mettre dans ce fameux couffin c'est cette photo. 
Une journée très spéciale gravée à jamais…..

Les années ont bien passées depuis mais ces moments là jamais on ne les oublis.


Commentaires

Publier un commentaire

Merci à ceux qui auront glissé leur petits mots par ici, ça fait toujours plaisir...

Ce que vous avez préféré lire