Comme une tempête intérieure...PostPartum


Ce soir et comme beaucoup d'autres soirs, je suis rentrée très tard, j'ai secrètement envi de vous dire que c'était parce que j'étais sortie boire un verre avec une Copine Mais pas du tout, je rentrais du travail!

Mon grand est déjà au lit, il dort paisiblement et semble ne pas avoir résisté au sommeil pour attendre Son baiser du soir... celui que j'aime lui donner sur son front Si grand Et ses joues Si Roses. Je ne t'aurais pas entendu me dire que tu m'aimes avant de sombrer dans ce sommeil Si profond...
Je ne résiste jamais à venir t'embrasser, t'effleurer de mon souffle Et voir cette petite mèche récemment coupé légèrement danser sur ton front... je te trouve Si beau Et Si grand... je rêverai parfois Que tu te réveil Et Que tu puisses me sourire Mais tu dors Si Bien... mon coeur s'excuse de rentrer aussi tard Mais je ne me serais pas coucher sans t'avoir posé ce doux baiser Et te dire combien je t'aime...

Et Toi mon bébé doux, tu es Là, entouré des bras tendres et musclés De ton père... tu as l'air Si apaisé dans ses bras et à cet instant précisément... je meurs d'envie de te prendre dans mes bras et te couvrir De baiser, entendre un Son Et te voir sourire comme tu sais Si Bien Le faire.

J'ai prit le temps de t'enmmayoter dans ton plaid si doux Et Si chaud car je sais que tu aimes ça depuis Que tu es né. Tu aimes te sentir en sécurité et en confiance comme ci tu étais continuellement entouré de la chaleur de nos bras...
Je t'ai posé tout contre ma poitrine  juste le temps de t'accompagner dans notre chambre où il y a ton Si petit berceau et cette place tout à côté de moi dont je ne peux me passer...Et Oui j'aurai pu te coucher près de ton Frère depuis bien longtemps Mais comme je m'en doutais je ne suis plus capable de cela parce que ton souffle ma manquerait tant.
Ton visage s'est collé tout contre mon épaule et ton père me dit avec une voix douce et un sourire sur ses lèvres que ton visage à cet instant c'est éclairé de ton Si beau sourire même si tu avais les yeux fermés Et le corps fatigué de sommeil...

Si tu savais comme mon coeur s'est réchauffé de Bonheur...

~~~~~~

Depuis Que j'ai repris le travail, je me sens à bout, en manque de force et ce baby blues que j'essaie de toute mes forces de vaincre chaque jours depuis ta naissance.
Il s'est accentué après et encore plus maintenant mais je sais le modérer et j'en prends conscience mais je n'arrive pas à m'en débarrasser...
Ce blog c'est un peu ma thérapie et grâce à votre soutient et celui de mes proches je me sens moins fragile...

J'ai cette sensation d'abandonner mes enfants Alors Que je les ai mit au monde, je pensais avoir plus de temps pour eux Mais l'avenir en a décidé autrement...un retour Si rapide au travail, un bebe Si petit Et un grand qui aimait Que je prenne le temps avec lui Et qui me sautait dans les bras à La crèche...

La société Nous propose des choses Mais pour qui parfois ce n'est pas accessible. Le congés parental semblait Si simple à choisir Mais au final les conditions m'ont faite bien rire et auquel j'ai du tourner le dos...

Tout ça là C'est ma tempête intérieure... je suis devenue mère à deux reprises, j'en ai fait le choix mais parfois on en paie les conséquences...
Je n'ai pas fait le choix de reprendre le travail, j'ai dut le faire...

Cette tempête est rude, je résiste aux larmes, je résiste aux pétages de câbles brutales, celui qui me fait peur Et ne me ressemble pas... Je résiste à cette larme quand mon Fils ne m'adresse plus la parole ou quand l'autre fait déjà des dents et que je résiste à ce hurlement percent car je sais que je suis impuissante à ce cri Si troublant.

Heureusement, il y a ces journées passées à sourire, à rire, ces instants doux et terriblement fort. Il y a ces soirs ou tu m'enlaces dans tes bras et me souffle discrètement comme ci tu avais peur que nos enfants entendent qu'il est loin le temps ou nous n'étions que deux, tout ces instants volés, tout ces baisers si léger lorsque je dors et entendre tes "je t'aime" passé la porte de notre chambre...

Heureusement, il y a nous...



Commentaires

  1. Je te soutiens vraiment dans cette mauvaise phase, car même pour moi des fois je me dis: MERDE POURQUOI JE NE SUIS PAS AVEC MON BÉBÉ mais celui des autres ! (Je suis auxiliaire en crèche )
    Sache que tu es très très forte et je te trouve très courageuse !
    J'espère que tu vas pouvoir profitez d'eux en ce doux week-end de pâques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Johana pour tes mots et ton soutient que j'apprécie fortement... Je ne sais pas si c'est du courage tout cela parce que parfois nous sommes bien obligé à affronter la vie...et ça dure réalité. Effectivement se doit être assez difficile de voir les enfants des autres et de savoir ton bébé ailleurs...
      Notre week-end c'est très bien passé et jasper que pour toi aussi...bisous

      Supprimer
  2. Je ne sais pas pourquoi mon dernier commentaire n'a pas fonctionné !
    J'ai les larmes aux yeux quand je relis ton texte, tu me touche tellement.
    J'aimerais pouvoir sécher cette larme qui coule si souvent sur ta joue, et je ne peux comprendre cette sensation que tu as, cette impression d'abandonner tes enfants mais sache une chose, eux ils savent que tu les aimes plus que tout, que tu fais tout ton possible, et ils sont fiers de leur maman. Le soir ils peuvent s'endormir paisiblement t'en se sachant aimés...
    Quant au congé parental, les conditions e font doucement sourire aussi, et je trouve ça dommage que rien ne soit fait pour ça !
    Je t'embrasse ma jolie,
    Clarisse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clarisse, je suis tellement touchée par ton soutient et les mots que tu as utilisé pour cela. Ne t'inquiètes pas je suis persuadé qu'elle s'arrêtera de couler le long de ma joue... Il me faut patienter encore un peu et tout ira mieux. Je t'embrasse fort et encore un grand merci

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci à ceux qui auront glissé leur petits mots par ici, ça fait toujours plaisir...

Ce que vous avez préféré lire