Dans son berceau, une douce mélodie étoilée

Il y a ce jour où tu es né, ce jour où tu n'as voulut que dormir près de moi ou tout contre moi. Cette main toujours en contact, toujours sentir, toujours toucher... ce Jour où je savais que tout les combats que j'avais mené avec ton frère tomberaient à l'eau comme un échec ! 


~~~~~~

J'ai longtemps hésité, je ne savais pas où tu allais dormir! J'aurais voulut t'offrir une chambre à toi et pouvoir la décorer avec soin et avec amour comme je l'ai fait pour ton frère mais nous n'en avons pas les moyens et encore moins la place alors j'ai cherché un moyen en espérant qu'il serait le meilleur pour toi, pour que tu te sentes cocooner à chaque instants, à chaque siestes ou tout simplement les moments où j'aurais besoin de t'y mettre et pouvoir toucher du bout des doigts afin de ne jamais te réveiller, t'écouter tendrement ronfler, te regarder respirer lentement trop lentement parfois au point que je ne sois jamais trop certaine de ce rythme ci, celui qui est si particulier Et qui te suit et qui te fait vivre... 

~~~~~~

Voilà, Que tu te retrouves à mes côtés dans ce petit berceau si grand quand tu es dedans.
Je n'ai jamais souhaité t'avoir prêt de moi Mais cetait sans m'avouer une chose que j'ai comprise que plutard!
Ce petit berceau que j'ai pris soin de décorer, de colorer et de parfumer... ce berceau et ces draps qui ont imprégné ton odeur...


Ce doudou la ou celui ci pour des raisons qui m'appartiennent, des raisons que seule une maman peut comprendre!

~~~~~~

Choisir cette belle étoile Bleue ciel avec sa si belle mélodie pour t'accompagner dans tes nuits difficiles afin que sa douce musique puisse te bercer et guider tes yeux ensommeillés afin qu'ils se ferment. Ma voie t'accompagnera aussi même si elle sera souvent bourrée de fausses notes et moitié cassée parce qu'il semble être 4 ou 5h du matin! Mais tant pis car j'arriverai à te faire succomber et t'endormir dans mes bras... J'éprouverai cette petite victoire à chaque fois...
Grâce à tous ces précieux mois à tes côtés je n'ai rien loupé, j'ai pu profiter de tout et ce même si au moindre son, au moindre bruit je me réveille de peur que tu manques sans arrêt de quelque chose, Un doudou, une tétine, Un biberon d'eau n'importe quoi...

Ces matins où t'entendre chanter est la plus belle chose, le plus beau réveil, la plus belle mélodie... c'est simple un sourire ce dessinait constamment sur mes lèvres et mon visage se mettait à rayonner je le sentais... à chacun de ces doux moments, j'enlaçais ton père Si fort et prenais le temps de remercier la vie...

Aujourd'hui et depuis quelques semaines j'ai prit sur moi comme jamais d'ailleurs, au fond de moi je l'ai mal vécu parce que je n'avais aucune envie de passer à cette étape qui je savais serait difficile...

C'est tout près de ton grand frère que j'ai décidé que tu poursuivrais tes nuits, j'appréhendais beaucoup de cette première nuit et certainement les autres aussi. Ton frère semblait confiant et surtout très fier que tu sois dans la même chambre que lui.

Mon coeur a fondu d'amour évidement de les voir ensemble Mais mon coeur a également fondu de solitude! L'abandon n'est pas valable Que chez les enfants Si? Je me suis sentie abattu sans toi à mes côtés sans rien à m'inquiéter ou presque, sans tétine à remettre juste au cas où, sans caresse à te faire tu m'as terriblement manqué... Et tu me manques toujours même si je dois l'avouer mes nuits sont douces et calmes... Je dors.

Je me suis fait violence , tu dors mieux près de ton frère et dans une chambre autre que la notre c'est certain même si parfois tu réclames d'être prêt de nous comme si tu te souvenais tout d'un coup que nous étions là... Alors c'est entre nous deux que je pose ton corps ton chaud et ton visage tout larmoyant et ton regard d'amour qui me dis que j'ai tout compris. Parfois c'est tout contre ma poitrine et mon bras qui te ramène vraiment tout contre moi de peur que tu m'échappes ou peut être tout simplement pour que tu n'oublie jamais mon odeur, jamais mes bras, jamais mon souffle contre Toi, jamais mes cheveux long qui te chatouille le bout de nez, jamais mon visage soulagé que tu sois tout contre ta maman... Je ne dors plus quand tu te retrouves à cet endroit là, je passe mon temps à te couvrir de bisous, te caresser du bout des doigts Et te faire frissonner, c'est comme cela un point c'est tout...

~~~~~

J'étais contre le cododo mais aujourd'hui je sais très bien pourquoi et je l'ai compris! 
Tout simplement parce que j'avais peur de cette séparation, j'avais peur qu'il me manque et j'avais peur de vouloir le garder prêt de moi constamment et à tout jamais... ce berceau est encore prêt de moi à côté de mon grand lit juste au cas où mais bientôt trop même puisque tu as grandit, je vais devoir le plier et le ranger comme un souvenirs qui me déchirera le coeur...

Il y a toujours dans son berceau cette douce mélodie étoilée qui accompagne nos nuits enchantées et nous transporte sur Un doux nuage d'ange...


Commentaires

  1. Tu en ressentais le besoin au fond de toi et tu as bien fait :). Cela vous a apporter ce lien encore plus fort entre vous ma douce.. Un belle article plein de douceur comme je les aime.. Love :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris! Je n'ai jamais voulut me l'avouer au fond Mais en le vivant Jai compris, travaille sur Moi et accepte. Évidement ça n'a été Que pur Bonheur... MERCi ma binôme ❤️

      Supprimer
  2. J''aime tellement te lire ma douce, c'est toujours une parenthèse enchantée de douceur et d'amour. Tu as bien de faire cela si tu en ressentais le besoin. Il y a des choses qui ne s'expliquent pas, on les ressent c'est tout.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clarisse, merci pour tes mots encore une fois tu me touches a chacuns de tes commentaires. Ils me troublent même... Oui parfois on fait les choses d'instinct et parfois c'était pas prévue mais on a bien fait de les faire...par amour souvent...

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci à ceux qui auront glissé leur petits mots par ici, ça fait toujours plaisir...

Ce que vous avez préféré lire