La maternité douloureuse by Natalia A


Ma jolie Natalia à partagé sur son compte instagram un post qui m'a touché énormément. 
Ses mots résonneront forcement chez vous aussi... 
On y pense mais on en dit peut de chose alors je lui ai proposé de partager sa douleur et son texte en entier ici afin d'atteindre d'autres mamans, d'autres parents comme elle et comme moi qui pensent ces mots et écrit par elle, ils sont si bien dit, ils sont profonds, déchirants et tendres...

Elle a son côté espagnol dans ses mots que j'affectionne beaucoup alors je n'ai absolument pas dénaturé ce qu'elle a écrit avec ses tripes et son coeur...

******

Celia et Lucia (photo non libre de droit)

Personne te le dit, mais la maternité est douloureuse. 

Magnifique, oui, mais douloureuse aussi...

Tu as mal quand les tests sont négatifs avant qu’enfin arrive le positif. Après tu as mal au corps parce qu'il change et que bébé pèse dans ton ventre et tu commences à ne plus beaucoup dormir avant que ton bébé naisse, tu souffres lors de l’accouchement quelqu'il soit et tu dois être rétablie aussitôt, parce que le plus important de ta vie dépend de toi..

Tu souffres le pré-accouchement, et tout ce que tu as laissé en arrière, tout ce qui a changé. Tu as mal aux seins quand ils se remplissent de lait, à ce moment là tu as mal aux seins et un peu à l’âme aussi.. Tu as mal au corps des nuits sans dormir et de le porter pendant des heures pour lui apporter la paix et la sérénité. Tu souffres quand tu écoutes les conseils qui souvent te font te culpabiliser et te faire te sentir une mauvaise mère parce qu’on dirait que tout ce que tu fais toi c'est finalement tout l’envers.

Tu souffres quand tu dois retourner au travail (ou pas), et tu tout ce que tu dois laisser derrière toi.
Parfois, tu souffres aussi en regardant ton image dans le miroir et ce petit instant là, juste celui-là, celui qui est intérieure et penser en silence, tu souffres pour le manque d’une minute d’intimité pour verser une larme.

Tu souffres de ses douleurs, de ses coliques, ses gencives rouges des premières dents, les premières blessures, et à chaque fois qu’on lui donne un vaccin. Tu souffres toujours.
Tu souffres lorsque quelqu’un compare ton enfant avec d’autres, ou au contraire lorsque toi en tant que maman tu ressens que tu n’aboutie pas à lui apprendre comme il le faut ou comme il le faudrait.

Tu ne parles pas de tes souffrances ni le fait que souvent on est poussée à bout.

Tu souffres de la façon dont il te regarde quand tu dois le gronder, et tu souffres quand ces petits yeux se remplissent de larmes quand tu dois être ferme dans tes décisions, celles qu’il ne comprend pas, mais tu sais que c’est pour son bien, même si à ce moment là, tu doutes souvent.
Tu souffres de ses jalousies, lorsqu’il n’est plus l'enfant unique, et tu souffres parce que tu te sens coupable pour ce nouvel amour qui arrive. 
Tu souffres quand il ne veut pas rester à l’école et que tu dois le laisser. 

Tu souffres aussi lorsqu’il veut partir de chez toi et que tu vois le grand qu’il devient et cette fois-ci il ne veut plus rester, il part vivre sa vie...
Tu souffres quand tu vois qu’il prend de mauvaises décisions, tu souffres quand tu le vois pleurer, tu souffres quand tu le vois tomber amoureux et qu’on lui brise le cœur. 
Tu souffres le voir grandir trop vite, et tu as mal pour toutes les fois pour lesquelles tu as souhaité qu’il le devienne.

Tu as mal quand tu te sens coupable et comme elle fait mal cette culpabilité. 
Une maman se sent coupable de tellement de choses, de ce qu'elle fait, de ce qu'elle ne fait pas ou pas assez bien, de ce qu’on font d’autres mères et pas nous, de ses erreurs ou quand il fait des bêtises. Ou encore de ces journées pour lesquelles tu as tellement besoin d’être seule...

Oui, la maternité fait mal, elle fait toujours mal et il n’y a pas de douleur plus belle, plus pur, plus magnifique que celle-ci...
Parce qu’autant qu’elle peut faire mal, elle guérit aussi...

******

Merci Natalia @family

Commentaires

  1. Je crois que tout est dit, c'est tellement vrai. Et pourtant cette douleur a un côté magique, c'est elle qui nous fait nous sentir vivant, c'est elle qui nous fait évoluer, c'est elle qui permet de se construire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que l'on se sert de cette base afin d'en prendre la force pour avancer, vivre et profiter d'eux et de ce que la vie nous a offert. Nos enfants sont notre tout. Merci pour elle Clarisse

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci à ceux qui auront glissé leur petits mots par ici, ça fait toujours plaisir...

Ce que vous avez préféré lire